Aparté

Bonne nouvelle : selon vous, le féminisme unit !

Il y a quelques semaines, je vous demandais si vous pensiez que le féminisme divise plus qu’il n’unit. Je vous posais cette question car j’avais moi-même du mal a y trouver une réponse et vous m’avez aidée à y voir plus clair. Vous avez été une belle dizaine de personnes à me répondre de manière très constructive, avec des arguments et des exemples et, pour ça, merci mille fois <3

Alors j’ai pris vos réponses, je les ai classées en fonction des thèmes qui revenaient les plus souvent et voici l’ensemble de vos réponses résumées ci-dessous :

Le féminisme unit

Avant tout, et vous avez été plusieurs à me le rappeler, à juste titre : il y a des divisions et unifications dans tout mouvement. Si un mouvement politique tel que le féminisme existe, c’est bien parce qu’il y a des inégalités, des divergences d’opinions et, bien sûr, des personnes ayant les mêmes idées sont unies quand d’autres s’uniront en oposition à ces mêmes idées.
Néanmoins, vous poser cette question sous cette forme assez ouverte (pour rappel : “pensez-vous que le féminisme divise plus qu’il n’unit ?“) a été intéressant pour moi car, grâce à vos réponses, j’ai pu avoir une vision éclairée de l’aura de ce mouvement.

Alors oui, vous êtes plusieurs à penser que le féminisme unit, et qu’il unit non seulement les femmes, mais aussi les hommes et les femmes. Avec la mise en lumière de faits telles que l’affaire Weinstein, #metoo et d’autres faits semblables, des femmes se sont unies pour dénoncer ces dérives et beaucoup d’hommes ont montré leur soutient aux femmes. C’est cela qui les unit ! Quelqu’un m’a donné un exemple qui m’a fait chaud au cœur : l’acteur Benedict Cumberbacht refuse désormais de tourner dans des films où les actrices seront moins payées que lui. Bravo à lui ! En espérant que cette belle prise d’initiative sera prise pour exemple par d’autres.

Aussi, comme les femmes, les hommes ont besoin de s’émanciper d’oppressions dont ils et elles sont victimes. Car oui, les hommes aussi sont oppressés : ils doivent cacher leur vulnérabilité, leur sensibilité, être “virils”, s’intéresser à des “trucs de mecs” et j’en passe. Alors que parmi eux, beaucoup aimeraient avoir la possibilité d’être libres de montrer leur vulnérabilité, de pratiquer des loisirs qui relèvent “de la féminité”, d’être en désaccord avec ce que la société attend “d’un vrai mec”. En ce sens, les femmes et les hommes sont unis dans les oppressions dont ils et elles sont victimes. Les hommes, comme les femmes, prennent conscience de cela et se soutiennent mutuellement. En cela, le féminisme peut aider à libérer les individus des oppressions.

Enfin, de plus en plus d’hommes affirment être féministes et sont pour une égale répartition des tâches ménagères, des salaires, des congés parentaux… En somme, chacun et chacune est pour une évolution qui profite positivement aux deux sexes, trouvant des avantages dans cette lutte pour les égalités.

 

Mais le féminisme divise aussi

Et il fallait s’en douter. Ce qui est intéressant avec les retours que vous m’avez fait parvenir, c’est que vous avez démontrer que le féminisme divise, et pas forcément pour les raisons qu’on croit.

D’abord, et en toute logique, ce mouvement divise par ces extrêmes. Comme dans toutes convictions politiques, il y a des extrêmes, et le féminisme n’est pas en reste. Certaines féministes voit le féminisme comme une opportunité de montrer que leur sexe est plus fort que le sexe masculin, entraînant une misandrie probante. Cela en amène certains et certaines à voir le féminisme comme le machisme au féminin. Beaucoup de ces féministes radicales sont dans la confrontation, et cherche à provoquer des conflits, non seulement vis-à-vis des hommes, mais aussi, vis-à-vis des féministes qui ne soutiennent pas cette radicalité. De cette manière, les féministes radicales vont considérer assez violemment des groupes de femmes qui ne partage pas leur vision. Par là, il y a une sorte d’implosion dans un mouvement qui se veut pourtant bienfaisant.

Et les médias n’aident pas. Ils veulent vendre donc, forcément, profitent des quelques scandales pour véhiculer une image court-circuitée du mouvement, donnant encore une fois l’opportunité à tonton Roger de dire “ah, quelle saleté que ce féminisme. Ça fait chier. C’était bien l’époque de Pétain” (désolée pour les Roger, il fallait que je trouve un prénom, ne le prenez pas personnellement). Et donc, pour le peu que l’on manque de prendre du recul sur ce que peuvent véhiculer les médias, l’on aurait tendance à croire que le féminisme se veut comme un rituel satanique où les femmes mangent des brochettes de petits bouts d’hommes les soirs de pleine lune. En cela, des hommes, comme des femmes, s’opposent totalement au mouvement.

Dans l’esprit, il faut redéfinir ce qu’est exactement le féminisme et donner une juste définition de ce mouvement. En effet, les hommes et les femmes ne seront jamais égaux, physiologiquement parlant. Cela est évidemment vrai. Donc, qu’est-ce qu’on entend par “égalité des sexes” ? Une petite mise en lumière sur l’égalité que prône le féminisme ne serait pas de trop. Le terme “féminisme” sonne comme un mouvement qui concerne uniquement les femmes, qui n’est pas explicite quant à la volonté d’établir une égalité entre les deux sexes. Cela peut être rebutant et empêcher les gens de se considérer féministes, quand bien même ils le sont.

 

Finalement, quelle est la réponse à cette question ?

Comme vous l’avez remarqué, il n’y en a pas. Mais tous les éléments de réponses que vous m’avez envoyé sont TRÈS pertinents et, je pense que je prendrai chacun d’entre eux pour en faire une analyse plus poussée, parce que tout ça a soulevé d’autres interrogations et observations qui méritent vraiment qu’on s’y attarde. En tout cas, j’ai été heureuse de constater que beaucoup d’entre vous considèrent tout de même le féminisme comme une cause qui unit les êtres humains, quand bien même il en divise inévitablement. Mais il y a de l’espoir !

 

Merci à vous qui avez pris le temps de me répondre et merci à vous qui me suivez et me lisez. Ça me passionne d’échanger avec vous, de chercher à comprendre et à faire comprendre ce mouvement qu’est le féminisme et de faire évoluer aussi bien mes réflexions personnelles que mon blog, et, je l’espère énormément, les mentalités. Encore une fois, à toutes et tous, merci !

 

P.S : j’espère ne pas vous avoir spoiler la série Sense8 O:-)

Spread the love

6 Comments

  • Irène

    On peut aussi se poser la question de savoir si ce serait vraiment grave que le féminisme divise… Il divise en tout cas au moins entre les personnes qui sont pour cette égalité et ceux qui la combattent, et ça on ne peut rien y faire ! Et les divisions existent déjà, finalement ça ne fait que les mettre en lumière, plus qu’autre chose. Et c’est ça qui gêne je pense, cette mise en lumière des oppressions. C’est un sujet de discussions très riche en tout cas 🙂

    • Meg

      Effectivement, vaste sujet 🙂 je ne pense pas que ce soit grave que le féminisme divise. Après, ce qui est intéressant avec ces retours, c’est de connaître les raisons pour lesquelles des personnes s’opposent à cette manière de penser. Ça soulève beaucoup d’autres questions, et ça donne envie d’en savoir encore plus !

  • Christine

    Merci pour ce retour (que je découvre plutôt en retard haha). C’est effectivement un vaste sujet qui ne pourra jamais amener l’unanimité, mais qui permet de découvrir différentes façons de voir le monde et différentes sensibilités. Je ne sais pas pourquoi, mais ce matin ce sujet me rappelle un TED Talk que j’ai visionné ce printemps sur l’importance de discuter avec des gens dont l’opinion diverge de la nôtre même si c’est inconfortable: Why it’s worth listening to people you disagree with, de Zachary R. Wood (www.ted.com/talks/zachary_r_wood_why_it_s_worth_listening_to_people_you_disagree_with)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *